Comment s'est passé ta grossesse et ton accouchement ? Appel à témoignages!

temoignage 1

Récemment j'ai vécu deux cas de figures qui me poussent à vous faire trois propositions. 

Récits de naissances

La première me vient suite à un accompagnement d'une maman, très angoissée par l'accouchement. Elle était confrontée à des récits de naissances difficiles, compliquées, douloureuses, traumatiques,... Or, comme le dit si bien Ina May Gaskin, Michel Odent et tant d'autres, la grossesse (mais même avant!) est un moment où il est important d'être "nourrie" de récits positif de naissances respectées. Mais voilà, ce n'est pas forcément choses aisée à trouver... Il y a bien le livre d'Ina May Gasquin (je vous en parlait ici), dont la première partie n'est faites que de récits de belles naissances dans ce but.

Mais avec cette maman, je me suis dit, ce serait quand même vachement sympa de pouvoir lui proposer un site où elle trouverait de quoi "trainer" et lire des histoires "nourrissante". Montrant que le corps de la femme est fait pour donner naissance... Car sinon, vous connaissez sans doute le fameux phénomène où vous vous posez une question sur un symptôme de grossesse (ou tout autre symptôme médical en fait) et en questionnant google sur le sujet, votre inquiétude ne fait que croitre *glups* . Mais ce n'est pas valable que pour cette maman mais pour tant d'autres femmes.

Je vous invite donc à venir partager sur mon blog votre naissance respectée et positive pour nourrir toute femme qui le souhaite de beaux récits de naissances.

Récits de grossesse bien vécue et mal vécue

Le deuxième point me vient de récents témoignages sur la grossesse. Certaines femmes n'aiment pas être enceinte. C'est quelque chose d'encore assez tabou. Et en même temps, de beaux récits de grossesses, c'est également quelque chose de nourrissant. Je vous invite donc à venir partager sur mon blog vos récits de grossesse soit que vous avez adoré, qui vous a nourrie, rendue fière, belle, puissante... ou au contraire, que vous ayez détesté être enceinte

belly calendar countdown 1282310

Quand tu décomptes les jours avant d'être délivrée de la grossesse...

Venez sur mon blog!

Je crée donc une nouvelle section sur mon blog et je t'invites TOI oui, toi qui me lis là, maintenant, à venir témoigner sur mon blog. Pas besoin d'avoir déjà un blog (mais mon amie bloggeuse, tu es la bienvenue!), d'écrire un long post (mais ce n'est absolument pas interdit), d'avoir eu un accompagnement spécifique. Juste de se retrouver dans une des descriptions ci-dessus. Ecris moi un mail 

Allez, on t'attends! ;)

Photo by Julie Johnson on Unsplash

Photo by Dave Clubb on Unsplash

Photo by rawpixel on Unsplash

N'hésitez pas à partager cet article si vous l'avez apprécié.

Inscrivez vous à ma newsletter pour rester au courant de mes activités. Promis, je n'en envoie pas trop souvent!

Publiez votre commentaire

Commentaires

  • Virgi 25/05/2019 2:57am (Il y a 42 heures)

    Bonjour,
    Je voudrais vous livrer quelques impresssions par rapport à ma grossesse. Dans mon cas, j'ai trouvé que la grossesse venait avec son lot d'inconvénients et de difficultés, et pourtant j'ai adoré être enceinte.

    C'est ce paradoxe qui est difficile à comprendre pour l'entourage. Quand on vous demande "comment ça va" et que vous décrivez un quotidien qui ressemble à une journée de supplices, la conclusion qui sort des lèvres de votre interlocuteur est "ah, tu n'aimes pas... et pourtant, je connais des filles qui aimaient beaucoup leur grossesse." Non, non, chers amis, la conclusion n'est pas si facile, on peut subir un tas de maux, et pourtant être heureuse, car le bonheur de porter la vie en soi l'emporte sur toutes les difficultés.

    Donc, concrètement, voici mon ressenti. Une femme enceinte va se sentir fatiguée, de plus en plus fatiguée. Elle devra se ménager des périodes d'inactivité, idéalement se coucher en journée, pour le bien-être de son bébé. Son ventre encombrant va l'obliger à adapter certains gestes du quotidien: il faudra faire la vaisselle bras tendus, loin de l'évier, ne plus appuyer des objets contre soi ni porter de sac en bandoulière; l'enfilage des chaussettes et le laçage des chaussures deviendront un exercice périlleux. Elle va vite remarquer les conséquences du tassement de ses organes: poumons et estomac, notamment, perdent une bonne partie de leur capacité habituelle; elle s'essouffle et modifie ses habitudes alimentaires (choix et quantité de nourriture!)

    À condition d'avoir été svelte et en bonne condition au préalable, on se trouvera en quelque sorte handicapée par les changements que je viens de citer. De plus, on peut subir plus ou moins fortement toute une série de symptômes, les fameux "maux"... Personnellement, j'ai vomi en moyenne 3 fois par semaine pendant 5 mois de suite, j'avais des nausées du lever à l'après-midi, j'ai eu des oedèmes, j'ai été carencée en fer, j'ai eu des périodes de sommeil ultra léger, des insomnies, et j'en passe.

    Pourtant, j'étais rayonnante. La fatigue et les limitations physiques, je les prenais comme une opportunité pour me tourner vers l'intérieur, pour me reposer et me recentrer. J'écoutais mes entiments, mes sensations. J'ai remarqué une baisse de rigueur dans mes pensées; je pouvais me sentir étourdie, au sens de "bête". Plus précisément, j'avais un désintérêt subit et très marqué envers toutes les choses qui me paraissaient futiles en comparaison du miracle qui se déroulait en moi.

    J'étais avide de me renseigner sur la maternité, de m'y préparer, de lire. Je tentais de me représenter ma vie avec l'enfant. Cela prend du temps de réaliser que beaucoup de choses vont changer et de les accepter. Par ailleurs, je me sentais plus créative que jamais, j'avais l'impression de tout réussir: recettes, dessins, etc, j'étais toujours très inspirée.

    Physiquement, j'appréciais mon image tout en rondeurs, mes cheveux étaient splendides et soyeux, mon visage avait pris une peau de bébé.
    Et que dire de ce ventre qui remuait, du dialogue que je pouvais tisser avec ce nouvel être? Sans oublier la complicité parfaite avec le père, ses carresses et ses attentions expresses ("repose-toi, je t'amène ton assiette!")

    Finalement, le seul point noir que je peux trouver à la période prénatale est le risque d'être mal suivie ou mal préparée. Et je déconseillerais le parcours surmédicalisé généralement proposé par les hôpitaux. (Par exemple, je n'ai pas eu à avaler d'affreux breuvage pour réaliser un test de diabète.)

    Ce que je retiens de ma grossesse, c'est un sentiment de lenteur et d'apaisement, de sérénité, et puis de la chaleur, l'intimité du couple+futur bébé, beaucoup de bonheur et une bonne relation avec les sage-femmes.

Flux RSS de commentaires de cette page | Flux RSS de tous les commentaires