Améliorer la relation avec votre enfant grâce au jeu

parents enfants jouent

La vie du parent n’est pas un long fleuve tranquille. Et nous aimerions bien avoir une baguette magique pour faire en sorte que nos échanges avec nos enfants se passent bien.

Et si cette baguette magique existait vraiment? Et bien quelque part, oui, elle existe et il s’agit du jeu!

A quoi sert le jeu pour les enfants? Il a de très nombreuses fonctions. En les voyant, nous pouvons mieux comprendre quand et pourquoi utiliser le jeu. Faisons donc un petit tour.

Le jeu, c’est le langage de l'enfant!

Le jeune enfant n'a pas encore forcément la capacité de communiquer avec nous. Et puis, soyons honnête, déjà entre adultes, c'est parfois la galère! Le jeu permet de communiquer, d'exprimer les émotions, les évènements traversés. Simplement en l'écoutant, en décrivant ce qu'il fait, nous pouvons l'accompagner.

enfant joue docteur

L'enfant qui joue au docteur ne le fait pas pour "s'amuser", il traverse ainsi un évènement qu'il vit

Il permet de décharger le stress

 Une journée difficile? Beaucoup de stress accumulé? Nous pouvons dessiner, utiliser la pâte à modeler, les jeux pour décharger,... . Nous pouvons donc, en observant notre enfant, nous rendre compte qu'il est sous stress. En effet, il va à ce moment-là avoir 3 types de réactions:

  • Dans l’attaque: il frappe, il crie, il mord,...
  • Dans la fuite: il s’enfonce dans les écrans, dans les livres, part dans une autre pièce, se cache,...
  • Dans le figement: il ressemble à un spaghetti mou, il n’a plus de tonus. 

Comme vous le lisez, c'est donc là un concentré de comportements qui nous irritent, nous énerve. L'invitation dans la parentalité positive, c'est d'être dans la prévention (autant que possible). En prévoyant des moments de jeu, de décharge, nous pouvons éviter ces comportements. Mais bien entendu, si nous le constatons, le jeu permet encore une fois d'en sortir. 

Réparer la relation

Vous avez crié sur votre enfant? Vous avez besoin de réparer la relation? Le jeu est également un excellent outil! Je montre un exemple de jeu de ce type dans la vidéo aux abonnés de ma newsletter (pssttt... inscrivez-vous si ce n'est pas encore le cas).

Remplir le réservoir

Le jeu remplit le réservoir de l’enfant. Pourquoi ne pas remplir le réservoir dès le lever (si c'est possible) ? Commencer la journée par le jeu, cela permet de réduire considérablement les plaintes, pleurs et chamailleries dans la suite de la journée. Les enfants jouent plus volontiers ensemble quand ils ont joué avant avec un parent.

Jouer pour parler de nos émotions,  de notre stress à nous. Plutôt que de crier sur notre enfant, nous jouons, chantons notre énervement.

Certains jeux sont une réelle ressource pour tous ces éléments. Les jeux qui impliquent du contact vont également permettre de relâcher de l’ocytocine. Hormone de l’amour, du lien et antagoniste des hormones du stress. Bref, bonus, bonus! 

bataille oreiller

Apprendre

C'est également une manière d'apprendre, de découvrir le monde, de développer les compétences. De plus, quand nous apprenons en jouant, nous apprenons plus vite et nous retenons mieux.  L'enfant qui imite le fait notamment pour intégrer, pour apprendre. Ce qui peut provoquer des conflits notamment dans les fratries quand un plus petit imite le plus grand.

Le jeu permet de transmettre à notre enfant une compétence qu’elle soit physique (rattraper le ballon), émotionnelle (regarder les émotions de l’autre), relationnelle (attendre son tour,...).

Combien de temps?

Si vous avez plusieurs enfants ou besoin que le temps de jeu soit limité, vous pouvez délimiter un temps. Si possible avec un timer visuel pour que l’enfant puisse clairement voir, entendre le temps qui passe et la fin du jeu. De cette manière, c’est beaucoup plus facile pour l’enfant d’arrêter le jeu car c’est fixé dans les règles. Si vous avez plusieurs enfants, vous pouvez ainsi leur dire que chacun aura son tour.

jouer poupee

Si jouer à la poupée est particulièrement irritant pour vous et est le jeu préferé de votre enfant, le timer est votre ami!

Poser et parler des règles

Le jeu permet aussi de comprendre l'intérêt des règles. D'apprendre à en construire. Mais bien entendu, ne supprimez pas la spontanéité du jeu pour autant!

Dans les règles que vous allez construire, je vous invite à être attentif à :

  • Un signal STOP: Comment dit-on que l'on veut que cela s'arrête? 
  • Si quelqu’un a mal, le jeu s’arrête.
  • Quelles sont les parties du corps qui peuvent être touchées?
  • Quel est le lieu qui est investi par le jeu, le salon, le matelas dans la chambre,...?
  • Vous pouvez également vérifier que l’espace de jeu est sûr pour tout le monde. Une bataille de coussin près d’un vase fragile, ce n’est peut-être pas une bonne idée (sauf si vous voulez vous en débarrasser!)

Les réactions classiques des enfants

L’enfant en redemande et en redemande, et en redemande... cela peut nous irriter. Soit nous mettons un timer, soit nous acceptons. Cela arrive surtout au début de l’usage des jeux mais au bout d’un temps cela a tendance à se stabiliser sauf en période de stress particulière.

L’enfant commence à être agressif, à se tordre, se cogner dans tous les sens. Il libère ses tensions. Accueillir avec bienveillance, c’est qu’il en avait vraiment besoin. Éventuellement, réorienter vers un jeu où il peut taper, déchirer, faire des boulettes de papier. 

Laissez le gagner

Soyez vigilant de laisser votre enfant gagner, surtout dans les jeux de bagarre. En lui laissant de la résistance, mais qu’il prenne le dessus. Cela lui permet de restaurer son pouvoir. 

N'hésitez pas pour d'autres jeux à lui proposer: veux-tu que je te laisse gagner ou que je joue "normalement"? 

Résoudre un moment de tension

Plutôt que de nous énerver, de hausser le ton. Quand nous sommes à court d'idées,  nous pouvons jouer de la situation. Regarder avec un oeil nouveau pour voir comment nous pourrions jouer. 

Les freins au jeu

Oui, c’est bien beau le jeu, et en même temps, en tant que parent, nous pouvons avoir des freins à nous lancer dans le jeu avec nos enfants.

  • Ce jeu, c’est pour les garçons/ou les filles
  • C’est ridicule !
  • J’ai passé l’âge
  • Je suis fatigué, épuisé, en burn-out,…
  • Il peut jouer avec son frère/ sa sœur/ le voisin (enfin, ça, pas pour le moment!)
  • Il peut jouer quand il est à l’école/crèche (ah non, ça non plus pas pour le moment…)
  • J’ai pas que ça à faire ! Je dois : Faire le ménage, les courses, le repas, m’occuper du petit
  • Il doit apprendre à jouer seul !
  • Il doit d’abord: ranger sa chambre, faire ses devoirs
  • J’ai déjà joué avec lui il y a une heure/ 5 minutes/ hier
  • Je ne sais pas jouer
  • Aucun adulte ne jouait avec moi quand j’avais son âge

Vous vous retrouvez dans une de ses phrases? Vous n’êtes pas seul, loin de là!

jouer parent2

Nous n'avons pas toujours l'énergie de jouer avec notre enfant

Le jeu pour nous les adultes, c’est bien souvent vu comme un “loisir”, quelque chose que nous faisons quand nous avons du temps de libre, après les choses que nous devons faire. Mais pour l’enfant son “travail” c’est le jeu!

Si pour vous c'est difficile, je vous invite à y aller progressivement, en vous fixant un temps pour le faire, en jouant à des jeux que vous aimez. Ce n'est pas "irrémédiable"! Bon nombre de mes clients me partagent: ne pas savoir jouer, ne pas aimer jouer,... Et la plupart (pour ne pas dire tout), change petit à petit. Introduisent le jeu, le ludisme dans leur parentalité. Et elle est transformée!

Pour les abonnés à ma newsletter, j’ai réalisé une vidéo avec de nombreux jeux. Une boîte à outil de jeux pour vous, vous que vous puissiez les expérimenter. Alors, abonnez-vous! 

N'hésitez pas à partager cet article si vous l'avez apprécié.

Newsletter

Inscrivez vous à ma newsletter pour rester au courant de mes activités. Promis, je n'en envoie pas trop souvent!

Publiez votre commentaire

Commentaires

Flux RSS de commentaires de cette page | Flux RSS de tous les commentaires

Inscrivez-vous à la newsletter

Tags