La culpabilité - les dangers de la parentalité positive

culpabilite danger parentalite positive

Régulièrement pour le moment, je suis confrontée à des articles sur les « dangers » de la parentalité positive mais également par des questions de professionnels me disant en gros que « oui mais bon, quand même la parentalité positive c’est culpabilisant/ça mène au burn-out parental/… »

La plupart du temps, je ne partage pas ce point de vue ou il mérite clairement d’être nuancé selon moi.

Au début, je comptais vous écrire un grand article sur toutes ces questions. Mais en fait, ça allait donner un article mastodonte ou alors je n’allais pas pouvoir développer certains points comme je le voudrais. Je vais donc lui consacrer une série qui j’espère vous parlera.

 Alors voici le premier dont j’avais envie de vous parler : la culpabilité !

Certains parents me disent qu’à la lecture de « Au cœur des émotions de l’enfant » d’Isabelle Filliozat (ou tout autre ouvrage du genre), ils se sont sentis extrêmement coupables. Certains ont même arrêté la lecture, voire rejeté du coup en bloc ce que dit le livre.

Et je comprends bien. Quand on se rend compte que l’un de nos comportements va clairement à l’encontre de ce que nous voulons pour nos enfants… Nous pouvons ressentir de la culpabilité.

 Pour certains, le seul objectif de ces livres/articles serait de culpabiliser le parent. Qu’en est-il vraiment ?

La culpabilité, n’est pas, dans tous les cas, une mauvaise chose. Laissons là venir en nous. Si des larmes viennent, laissons les couler. Que nous dit cette culpabilité ? Elle nous dit que nous sommes touchés, que nous réalisons que certains de nos actes, de nos comportements ne sont pas « OK ». Avec nos valeurs, nos envies, les besoins des autres. Nous avons envie de faire autrement, de changer.

 La saine culpabilité est donc un merveilleux moteur. Prenons l’exemple du parent qui travaille tard et se rend compte que son enfant à besoin de plus de temps avec lui. Nous pouvons constater ce besoin et nous poser la question : est ce que je peux/ veux changer cette situation ? Oui ? Et bien, vous pouvez amorcer un changement (le plus petit pas possible en premier!).

Non ? Par exemple : car j’aime mon boulot et m’y investir. J’ai besoin de ce boulot qui me demande cet investissement, je ne peux pas car j’ai besoin de ce boulot pour vivre,… Vous pouvez travailler l’acceptation de cette situation. Remercier ce travail qui vous donne et permet de vivre.

Vous pouvez alors aller dans la responsabilité. Vous agissez à changer la situation ou bien vous ne la changez pas. Dans tous les cas, vous pouvez, avec la conscience de ce que vit votre enfant, être dans la responsabilité et écouter. Tant que vous vous sentez coupables, il est nettement plus difficile d’écouter son enfant. Qu’est-ce qu’il peut/veut vous dire (pas forcément avec des mots). Qu’est-ce qu’il ressent, que dit-il, quelles sont ses émotions ? 

Et donc non, la parentalité positive n’est pas une parentalité menant à la culpabilité. Ou seulement le temps de la prise de conscience. La parentalité positive est une invitation à être conscient de ce que nous faisons, de l’impact que cela a sur notre relation à notre enfant pour ensuite aller vers la responsabilité et d’ainsi pouvoir réparer notre relation avec notre enfant.

Alors oui, cela semble simple dit comme ça. Mais c'est un processus vraiment difficile. Nous avons beaucoup de pression, de "modèles" à suivre... il faut "être parfait". Ce n'est pas facile tous les jours. Ce n'est pas pour autant qu'il faut rejeter la parentalité positive pour de mauvaises raisons. Prenez le temps de voir ce qui vous bloque, afin de pouvoir mobiliser cette énergie pour passer à l'action.

La pleine conscience est un merveilleux outil pour travailler ce type de situation. N'hésitez pas à consulter le site d'Emergences qui contient plein d'informations, des dates de stage, de formations... et aussi des méditations que vous pouvez faire chez vous. Celle de la méditation par temps couvert me semble tout à fait appropriée!

Si vous ressentez de la culpabilité, que vous vous sentez bloquée dedans, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un coach parental. Nous sommes là pour ça ! :-)

N'hésitez pas à partager cet article si vous l'avez apprécié.

Newsletter

Inscrivez vous à ma newsletter pour rester au courant de mes activités. Promis, je n'en envoie pas trop souvent!

Publiez votre commentaire

Commentaires

  • Charlotte - Enfance Joyeuse 21/11/2019 10:00 (Il y a 17 jours)

    Je suis d'accord sur le fait que certains aspects peuvent être culpabilisants mais moi je pense qu'il vaut mieux le voir comme de fabuleuses opportunités de réajustements ! Finalement, ça nous permet de nous poser des questions et d'ajuster ce qu'on propose. La bienveillance est un loooong chemin et non une fin en soi ;)
    Super intéressant cette manière d'aborder le sujet en tous cas ;)

    • Maëliss 21/11/2019 10:13 (Il y a 17 jours)

      Merci :)

Flux RSS de commentaires de cette page | Flux RSS de tous les commentaires