Comment sanctionner, punir nos enfants?

comment punir et sanctionner son enfant

Récemment on m'a demandé ce qui se dit dans la méthode Filliozat à propos punitions et des sanctions. C'est une question qui revient régulièrement, lors des questions réponses à mes conférences ou lors de mes rendez-vous avec les parents que j'accompagne.

Lorsque notre enfant a un comportement que nous estimons inadéquat/inacceptable... nous ne savons pas toujours comment réagir, ni comment pousser notre enfant à agir autrement. Alors, nous pouvons avoir recours à la sanction, qui est essentiellement une punition avec tous les défauts de celle-ci:

  • Cela abîme la relation avec votre enfant (et il va falloir réparer) : lorsque vous punissez votre enfant, vous passez rarement un bon moment.
  • Cela va à côté de l'objectif : cela ne garantit pas de résultat ou, pire, l'enfant ne va plus montrer ce comportement (ou alors en cachette?) parce qu'il a peur de la sanction, pas à cause du bien fondé du comportement.
  • L'enfant reste passif : il ne peut pas réparer ou mesurer les conséquences négatives de son comportement, ce qui lui fournirait de vraies bonnes raisons de changer.

En bref, le seul point positif de la sanction : cela permet au parent de reprendre la maîtrise au lieu de rester démuni. Mais c'est à mon avis un vrai aveux d'échec. Et c'est ok, quelque part. Nous ne sommes pas des super héros. Ca arrive à tout humain de "péter des câbles", nous ne sommes pas parfait! Mais c'est notre responsabilité. Il n'est pas nécessaire de se sentir coupable, ou juste le temps de mesurer ce que nous avons fait... pour trouver comment faire autrement et réparer notre relation.

Alors on fait quoi? Rien?

Ca c'est LA phrase qui est souvent reprochée au courant de la parentalité positive. Et non, on ne fait pas rien.

Le plus important, c'est de gérer notre stress. Car bien souvent, quand nous avons envie de punir, sanctionner, jeter notre enfant par la fenêtre... C'est que nous sommes sous stress

Donc, on respire, on boit un verre d'eau, on chante... Ou toutes autres technique qui marche pour vous.

Et ensuite, j'invite les parents à essayer de comprendre le besoin de l'enfant derrière ce comportement qui nous dérange. Et là, parfois, il y a besoin d'être accompagné pour pouvoir désamorcer des situations difficiles qui parfois se reproduisent encore et encore. Ce n'est pas une fatalité et il est possible de sortir de cette boucle avec les bons outils. L'atelier Stop aux crises d'Isabelle Filliozat est centré sur ce type de situation.

Et pourtant, malgré ça, je vois encore régulièrement dans des livres sur la parentalité, et même sur la parentalité positive, que l'usage des sanctions/punitions est recommandé.  Pour moi, ces livres qui recommandent l'usage des sanctions ne savent tout simplement pas quoi faire lorsqu'ils atteignent les limites de leurs outils.

Pourtant, il n'y a pas de baguette magique. On ne peut pas "vendre" une méthode qui permettrait que tous les comportements qui nous exaspèrent disparaissent... Enfin si, mais ça s'appelle: ne pas devenir parent et acheter une peluche. Pour moi, dire : on est dans la bienveillance/parentalité positive/... et prôner les sanctions, c'est en quelque sorte de la fausse bienveillance. Et bien souvent, c'est justifié par des phrases du type: c'est pour le bien de notre enfant (et à ce compte là, on peut justifier bien des choses).

Je vous partage un extrait d'un livre qui contient des outils intéressants mais aussi quelques phrases qui piquent. Je ne le cite pas, c'est trop dur... Mais si vous voulez, je le mets en commentaire:

Si vous utilisez les conséquences naturelles, la sanction sera de réparer les dégâts.

Jusque là, je suis d'accord. Mais pour moi, ce n'est pas une sanction. Quand on me dit que c'est une sanction de dire à son enfant de réparer les dégâts... Je vois déjà le sourcil froncé, le doigt pointé et le ton qui monte! 

punition

Pour moi, ça donne ça la punition. Même si c'est juste "pour réparer"

Or pour moi, il est important alors de simplement énoncer un fait. "De l'eau est renversé: que fait-on dans ces cas là?" Ca fait toute la différence!

consequences naturelle

Et la conséquence naturelle... le parent pouvant même ne pas participer en fonction de l'âge, circonstances,...

Ensuite ce même livre dit:

Si vous utilisez les conséquences logiques, si l'incident se répète souvent, vous pourrez avoir convenu à l'avance avec votre enfant d'une sanction comme manger à la table des petits (puisqu'il se comporte comme tel) ou avoir un verre en plastique jusqu'à la fin du repas.

Alors là, je ne peux pas être d'accord avec ça! 

  1. Si l'incident se répète: il faut se poser des questions!!! Quand un enfant renverse souvent son verre, il peut y avoir tout un tas de raisons qui font que l'enfant n'est pas responsable (réflexes archaïques mal intégrés, dyspraxie, TDA,...) ou juste de la distraction! Etre puni pour de la distraction? Pour un trouble?
  2. S'il le fait "à escient", en vous regardant... et bien, discutez en avec lui! Le mettre à la table des petits ne va en rien changer la situation! (voir les défauts de la punition que je citais plus haut).
  3. Le mettre à la table des petits? Vraiment? C'est infantilisant et humiliant!  

Bref, si régulièrement vous vous sentez dans ce type d'impasse, que vous ne savez pas quoi faire ou que, oui, vous avez bien lu les livres d'Isabelle mais concrètement ce n'est pas toujours évident, alors n'hésitez pas à faire appel à un coach parental.

Si vous avez besoin de vous convaincre de l'inefficacité des sanctions ou des punitions, je vous invite à vous rappeler un moment lorsque vous étiez petit. Une fois où vous avez été puni. Qu'avez-vous pensé? "C'est vrai, ce que j'ai fais était inacceptable" ? Ou plutôt "Mais c'est complètement injuste", "Papa/maman ne m'aime pas!", "C'est déguelasse!", "La prochaine fois, je serai plus discrèt(e)",...  Il y a fort à parier que vous êtes plutôt dans les dernières phrases (il y a évidemment toujours des exceptions). 

Que voulons nous dans notre relation avec nos enfants? Du conflit? Du rapport de force?

Bien souvent, les parents me disent que non! Ils veulent se sentir aimés et que leurs enfants sentent, sachent à quel point leurs parents les aiment. Tout en ayant une famille plus harmonieuse où chacun est respecté dans ses besoins! Et c'est ça qui me nourrit dans l'approche de la méthode Filliozat. Sortir des rapport de force, comprendre notre enfant, nous comprendre pour construire, nourrir le lien avec notre enfant.

Si vous souhaitez recevoir des ressources sur la parentalité positive, n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter: je prépare une surprise pour mes abonnés :-)

N'hésitez pas à partager cet article si vous l'avez apprécié.

Newsletter

Inscrivez vous à ma newsletter pour rester au courant de mes activités. Promis, je n'en envoie pas trop souvent!

Publiez votre commentaire

Commentaires

  • Laurie 03/11/2019 09:24 (Il y a 11 jours)

    Très bel article. Merci
    Lisant beaucoup de livres sur la parentalité positive et bienveillante, je tique souvent sur certaines propositions douteuses ;) Si tu as un livre à me conseiller autre que Filliozat, j'avoue avoir du mal à rentrer dans ses livres, alors que j'adore l'écouter.

    • Maëliss Layeux 03/11/2019 10:46 (Il y a 10 jours)

      Bonjour Laurie,

      Merci pour ton commentaire. Ca fait toujours plaisirs de savoir que je ne suis pas la seule à tiquer! ;)

      Pour les livres que je conseille, je viens justement de faire une vidéo sur ma chaîne YouTube sur le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=UeLpzCNnjWA&t=586s

      N'hésites pas à me dire si tu recherches sur une sujet en particulier. :)

Flux RSS de commentaires de cette page | Flux RSS de tous les commentaires