La motivation d'accoucher sans péridurale

J'accompagne régulièrement des mamans qui désirent un accouchement sans péridurale. Et récemment, dans mes cours de psychologie, j'ai pu faire des liens que je trouve très intéressants entre le modèle d'efficacité personnelle de Bandura et le travail que je fais avec les mamans dans ce projet. 

Comme je pense que cette "formalisation" pourrait te donner des clés à toi qui est dans un projet de naissance sans péridurale, je me suis dit que c'était l'occasion d'écrire un chouette article sur le sujet (enfin, j'ai apprécié y réfléchir en tout cas). 

Je pense aussi que c'est intéressant pour répondre à une question qui m'est très souvent posée : Est-ce qu'on doit se préparer à une naissance sans péridurale ?

Je me sens capable de donner naissance grâce à Bandura 

Le sentiment d'efficacité personnelle (ou auto-efficacité) est la croyance que nous avons en nos capacités à réussir dans une activité spécifique. Donc, par exemple, ma croyance que je suis capable de donné naissance à mon bébé sans avoir besoin de recourir à la péridurale. Dans le modèle de Bandura, il est déterminé par quatres éléments 

Les résultats passés 

Si vous avez déjà enfanté sans péridurale, vous vous sentez fort probablement capable de le refaire.

Mais que faire si ce n'est pas le cas ? Si vous avez déjà donné naissance mais que vous avez demandé la péri ? Quand j'accompagne une maman dans cette situation, on regarde la naissance passée. On peut faire le point sur la situation d'alors, voulait-elle la péri ou non, comment se sentait-elle, qu'est ce qui lui a manqué, qu'elles informations, croyances avait-elle. On regarde aussi ce qu'elle aurait voulu, pu faire autrement. Et ce que cette fois-ci elle a envie de faire autrement.   

Bien entendu, avec beaucoup de prudence. L'idée n'est pas de "refaire" la naissance qui a eu lieu mais de faire le point, sans culpabilité. 

Les expériences vicariantes ("qui remplacent")

Que faire quand on n'a jamais donné naissance ? A ce moment-là, on prend des personnes que l'on connait, des personnes de l'entourage qui ont fait des expériences similaires et qui ont réussis. Donc, d'autres femmes ayant mis au monde leur bébé sans péridurale.

En rencontrant ces mamans et en échangeant, cela nous motive. On se sent capable car "eux aussi l'ont fait". Bien entendu, au plus la personne et sa situation nous semble proche de nous, au plus cela fonctionne. Car si vous vous comparez à une personne qui vous semble être inatteignable, cela peut bien entendu avoir l'effet inverse. 

Alors, il arrive que nous soyons justement entourés de personnes n'ayant pas ce désir, et c'est quelque chose qui peut donc influencer négativement notre sentiment de compétence. Plus nous allons nous entourer et être entouré de messages positifs et qui nous semblent atteignables, plus nous nous sentirons capable et en mesure de le faire. 

C'est d'ailleurs pour cela que j'ai une section "témoignages" sur mon blog où tu peux te nourrir des expériences d'autres femmes avec des expériences positives de naissance. 

C'est aussi pour cela que Ina May Gaskin commence son indispensable livre "pour une naissance naturelle" par une section de témoignages. 

Les états internes

Quel est notre état interne ? Si nous sentons bien, nous aurons bien entendu plus facile à nous sentir en mesure de donner naissance de manière physiologique alors que si nous nous sentons nul(les), c'est plus difficile...

Et bien entendu, c'est essentiel pendant le travail en lui-même. L'importance de l'entourage est alors essentielle, avoir une équipe qui vous permet de vous sentir belle, forte, dans votre puissance de femme, voilà qui favorise votre sentiment d'auto-efficacité. Et donc, cela nous amène au point suivant

La persuasion verticale

Là ce sont les personnes qui nous encouragent, qui nous disent que "oui, nous pouvons le faire!". Bien entendu, si c'est votre arrière-grand-mère qui vous le dit car "elle a bien eu 7 enfants sans péri et à l'époque, on n'avait pas toutes ces crasses". Cela ne fonctionnera pas. De même si c'est une de vos amies qui l'a fait mais quelle vous semble une guerrière loin de votre réalité alors que vous êtes si sensible à la douleur... ça ne marchera pas non plus. Nous avons besoin de sentir que cette personne est crédible et légitime. 

Et c'est là que peuvent intervenir une doula, une sage-femme. Nous pouvons être perçue comme plus crédibles et légitimes car dans notre métier, nous rencontrons des mamans ayant ce souhait et nous avons pu les accompagner et constater qu'elles étaient capables malgré parfois de nombreuses croyances, situations, entourage...  

Bien entendu, ce rôle peut être pris par n'importe qu'elle autre femme réunissant ces conditions. Et c'est là aussi un des rôles de la sororité. De l'intérêt d'avoir des groupes de mamans qui permettent de discuter, d'échanger. Et c'est quelque chose que je retrouve notamment dans mes cours de Yoga prénataux (et postnataux mais sur d'autres sujet bien entendu). Nous pouvons échanger, papoter et nous sentir compétentes! 

C'est également une des choses qui est importante (primordiale !) le jour J ! Si les personnes qui vous entourent vous disent que ce que vous faites est magnifique, que oui, c'est dur, on le voit mais que oui, vous pouvez le faire. Cela va nourrir votre sentiment de "je peux le faire". Et être un ingrédient majeur pour y parvenir. 

C'est pour cela que dans la méthode Bonapace et mes accompagnements de manière générale, on parle de cet entourage et que l.e.a partenaire est inclus dans cet accompagnement. Pour qu'iel puisse se sentir en confiance en vos capacités. 

Notre comportement face à ce beau projet

Quand nous avons un beau sentiment d'efficacité personnelle à mettre au monde notre bébé de manière physiologique cela va

  • alimenter nos choix que nous allons faire pour cela (choix de l'équipe on va par exemple choisir une sage-femme qui accompagne globalement à la naissance, suivre la préparation Bonapace :)...). 
  • Cela va aussi impacter nos "performances" : Si on se sent capable de le faire, si cela ne fait pas de doute pour nous, on a plus de chance d'y parvenir que si on se dit : "Ouais, on verra hein !" 
  • nourrir notre persévérance : Durant la naissance, on peut traverser des moments de doutes, et notamment la phase de désespérance. Si vous vous sentez capable de donner naissance, ce sentiment d'efficacité sera d'une très grande aide dans cette phase, normal dans le processus de naissance mais qui est vraiment un des moments les plus courant pour la demande de péridurale. 

Tu en es capable

Idéalement, il faut que ce sentiment d'efficacité personnelle soit en accord avec nos compétences. Et tu pourrais te dire "mais est ce que je suis capable d'enfanter sans péridurale" ? Et là, j'ai envie de te dire: oui! Depuis que le monde est monde jusqu'aux années quarante, toutes les femmes donnaient naissance sans cette péridurale. Donc oui, tu le peux. 

Mais ce n'est pas pour autant que tu le dois, ça non, c'est ton choix. Ce n'est pas pour autant que si tu la demande c'est un échec : non, mais tu peux avoir ce sentiment. 

Est-ce qu'on doit se préparer à une naissance sans péridurale ?

C'est une question qui m'est régulièrement posée et que je me pose régulièrement quand on me dit dit : "j'aimerais ne pas demander la péri on m'a dit que c'était possible mais qu'il fallait bien se préparer".

Au final, c'est un non-sens de se demander si on en est capable. Comment pourrait-on ne pas être capable de mettre au monde sans péri en fait ? 

Et finalement, ça veut dire quoi "être capable de mettre au monde son bébé sans péri" ? Dans le fond... rien. 

Je pense plutôt que la question devrait être: que puis-je mettre en place pour voir la naissance autrement. De quoi ais-je besoin, envie, et pourquoi. Comment vivre la naissance en me sentant puissante, sortir de l'association : sensation de l'accouchement = douleur,...  Bref, revoir notre manière d'envisager ce qu'est la naissance. Et au final, évacuer la question de la péridurale. 

Bon, en écrivant cela, cela me semble évident, mais je sais que ce n'est pas forcément le cas. 

Pour revenir à cette notion de sentiment d'efficacité personnelle. Je pense qu'il peut être indicateur pour voir où vous pouvez le nourrir afin justement de vous sentir puissante dans votre enfantement et les cacité de votre corps. 

Partager cet article

Livres dont je parle dans cet article

Publiez votre commentaire


Commentaires

  • Adeline 22/03/2023 21:28 (Il y a 11 mois)

    Bien sûr que nous sommes toutes capables d'accoucher sans péridurale, même sans préparation, en étant accompagnées par des personnes guidantes. Mais aujourd'hui les équipes soignantes ne sont plus habituées à ce type d'accouchement physiologique. Sans préparation, je n'aurais pas tenu sur la durée en sachant qu'il suffisait d'appuyer sur un bouton pour que quelqu'un vienne soulager cette douleur...

Flux RSS de commentaires de cette page | Flux RSS de tous les commentaires